Informations

5.7 : Troubles du système squelettique - Biologie

5.7 : Troubles du système squelettique - Biologie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bosse de douairière

L'individu de droite sur la figure (PageIndex{1}) a une déformation du dos communément appelée bosse de douairière, car elle survient le plus souvent chez les femmes âgées. Son nom médical est cyphose, et il est défini comme une courbure excessive de la colonne vertébrale dans la région thoracique. La courbure résulte généralement de fractures des vertèbres thoraciques. Comme le suggèrent les dessins en médaillon, ces fractures peuvent survenir en raison d'une diminution significative de la masse osseuse, appelée ostéoporose. L'ostéoporose est l'un des troubles les plus répandus du système squelettique.

Troubles courants du système squelettique

Un certain nombre de troubles affectent le système squelettique, notamment les fractures osseuses et les cancers des os. Cependant, les deux troubles les plus courants du système squelettique sont l'ostéoporose et l'arthrose. Au moins dix millions de personnes aux États-Unis souffrent d'ostéoporose, et plus de 8 millions d'entre elles sont des femmes. L'arthrose est encore plus fréquente, touchant près de 30 millions de personnes aux États-Unis. Parce que l'ostéoporose et l'arthrose sont si courantes, elles sont au centre de ce concept. Ces deux troubles sont également de bons exemples pour illustrer la structure et la fonction du système squelettique.

Ostéoporose

Ostéoporose est un trouble lié à l'âge dans lequel les os perdent de la masse, s'affaiblissent et se cassent plus facilement que les os normaux. Les os peuvent s'affaiblir tellement qu'une fracture peut survenir avec un stress mineur - ou même spontanément, sans aucun stress. L'ostéoporose est la cause la plus fréquente de fractures osseuses chez les personnes âgées, mais jusqu'à ce qu'une fracture osseuse se produise, elle ne provoque généralement aucun symptôme. Les os qui se cassent le plus souvent sont ceux du poignet, de la hanche, de l'épaule et de la colonne vertébrale. Lorsque les vertèbres thoraciques sont touchées, il peut y avoir un effondrement progressif des vertèbres dû à des fractures par compression, comme le montre la figure (PageIndex{2}). C'est ce qui provoque la cyphose, comme illustré dans la figure (PageIndex{1}).

Modifications de la masse osseuse avec l'âge

Comme le montre le graphique ci-dessous, la masse osseuse chez les hommes et les femmes culmine généralement lorsque les personnes ont la trentaine. La masse osseuse diminue généralement par la suite, et cela a tendance à se produire plus rapidement chez les individus porteurs de chromosomes XX, en particulier après la ménopause. Ceci est généralement attribuable à de faibles niveaux d'œstrogènes dans les années post-ménopausiques.

Quelles sont les causes de l'ostéoporose?

L'ostéoporose est due à un déséquilibre entre la formation osseuse par les ostéoblastes et la résorption osseuse par les ostéoclastes. Normalement, les os sont constamment remodelés par ces deux processus, avec jusqu'à dix pour cent de toute la masse osseuse subissant un remodelage à tout moment. Si ces deux processus sont équilibrés, aucune perte osseuse nette ne se produit. Un déséquilibre entre la formation osseuse et la résorption osseuse peut se produire de trois manières principales et entraîner une perte nette d'os.

  1. Un individu ne développe jamais une masse osseuse maximale normale au cours de l'âge adulte : Si le niveau maximal est inférieur à la normale, alors il y a moins de masse osseuse, pour commencer, ce qui rend l'ostéoporose plus susceptible de se développer.
  2. Il existe une résorption osseuse supérieure à la normale : La résorption osseuse augmente normalement après l'atteinte du pic de masse osseuse, mais la résorption osseuse liée à l'âge peut être supérieure à la normale pour diverses raisons. Une des raisons possibles est une carence en calcium ou en vitamine D, qui provoque la libération de PTH par la glande parathyroïde, l'hormone qui favorise la résorption par les ostéoclastes.
  3. Il existe une formation insuffisante de nouvel os par les ostéoblastes lors du remodelage : Le manque d'oestrogène peut diminuer le dépôt normal de nouvel os. Des niveaux insuffisants de calcium et de vitamine D entraînent également une altération de la formation osseuse par les ostéoblastes.

Un déséquilibre entre la construction osseuse et la destruction osseuse entraînant une perte osseuse peut également survenir comme effet secondaire d'autres troubles. Par exemple, les personnes souffrant d'alcoolisme, d'anorexie mentale ou d'hyperthyroïdie ont un taux accru de perte osseuse. Certains médicaments, y compris les médicaments anti-épileptiques, les médicaments de chimiothérapie, les médicaments stéroïdiens et certains antidépresseurs, augmentent également le taux de perte osseuse.

Fractures ostéoporotiques

Les fractures sont l'aspect le plus dangereux de l'ostéoporose, et l'ostéoporose est responsable de millions de fractures chaque année. La douleur débilitante chez les personnes âgées est souvent causée par des fractures dues à l'ostéoporose, et elle peut entraîner d'autres incapacités et une mortalité précoce. Les fractures des os longs (comme le fémur) peuvent nuire à la mobilité et nécessiter une intervention chirurgicale. Une fracture de la hanche nécessite généralement une intervention chirurgicale immédiate. L'immobilité associée aux fractures - en particulier de la hanche - augmente le risque de thrombose veineuse profonde, d'embolie pulmonaire et de pneumonie. L'ostéoporose est rarement fatale, mais ces complications des fractures le sont souvent. Les personnes âgées ont tendance à faire plus de chutes que les jeunes, en raison de facteurs tels qu'une mauvaise vue et des problèmes d'équilibre, ce qui augmente encore plus leur risque de fractures. La probabilité de chutes peut être réduite en supprimant les obstacles et les tapis ou moquettes lâches dans l'environnement de vie.

Facteurs de risque d'ostéoporose

Il existe un certain nombre de facteurs qui augmentent le risque d'ostéoporose. Onze d'entre eux sont énumérés ci-dessous. Les cinq premiers facteurs ne peuvent pas être contrôlés, mais les autres facteurs peuvent généralement être contrôlés en changeant les comportements.

  1. âge avancé
  2. Chromosome XX
  3. Ascendance européenne ou asiatique
  4. antécédents familiaux d'ostéoporose
  5. petite taille et petits os
  6. fumeur
  7. consommation d'alcool
  8. le manque d'exercice
  9. carence en vitamine D
  10. mauvaise alimentation
  11. consommation de boissons gazeuses

Traitement et prévention de l'ostéoporose

L'ostéoporose est souvent traitée avec des médicaments qui peuvent ralentir ou même inverser la perte osseuse. Des médicaments appelés bisphosphonates, par exemple, sont couramment prescrits. Les bisphosphonates ralentissent la dégradation de l'os, permettant à la reconstruction osseuse pendant le remodelage de suivre le rythme. Cela aide à maintenir la densité osseuse et diminue le risque de fractures. Les médicaments peuvent être plus efficaces chez les patients qui ont déjà eu des fractures que chez ceux qui n'en ont pas, ce qui réduit considérablement le risque d'une autre fracture. En règle générale, il n'est pas recommandé aux patients de rester sous bisphosphonates pendant plus de trois ou quatre ans. Il n'y a aucune preuve d'un bénéfice continu après cette période - en fait, il existe un potentiel d'effets secondaires indésirables.

La prévention de l'ostéoporose comprend l'élimination de tous les facteurs de risque qui peuvent être contrôlés par des changements de comportement. Si vous fumez, arrêtez. Si vous buvez, réduisez votre consommation d'alcool ou arrêtez-la complètement. Adoptez un régime alimentaire nutritif et assurez-vous de consommer des quantités suffisantes de vitamine D. Vous devez également éviter de boire des boissons gazeuses.

Si vous êtes une patate de canapé, faites de l'exercice régulièrement. Les exercices d'aérobie, de mise en charge et de résistance peuvent tous aider à maintenir ou à augmenter la densité minérale osseuse. L'exercice exerce une pression sur les os, ce qui stimule la construction osseuse. Les bons exercices de mise en charge pour la construction osseuse comprennent la musculation, la danse, la montée d'escaliers, la course et la randonnée (Figure (PageIndex{4})). Le vélo et la natation sont moins bénéfiques car ils ne stressent pas les os. Idéalement, vous devriez faire de l'exercice pendant au moins 30 minutes par jour la plupart des jours de la semaine.

Arthrose

Arthrose (OA) est une maladie articulaire qui résulte de la dégradation du cartilage et des os des articulations. Les symptômes les plus courants sont les douleurs articulaires et la raideur. D'autres symptômes peuvent inclure un gonflement des articulations et une diminution de l'amplitude des mouvements. Initialement, les symptômes peuvent n'apparaître qu'après un exercice ou une activité prolongée, mais avec le temps, ils peuvent devenir constants, affectant négativement le travail et les activités quotidiennes normales. Comme le montre la figure (PageIndex{5}), les articulations les plus fréquemment touchées sont celles situées près des extrémités des doigts, à la base des pouces et dans le cou, le bas du dos, les hanches et les genoux. Souvent, les articulations d'un côté du corps sont plus touchées que celles de l'autre côté.

Quelles sont les causes de l'arthrose?

On pense que l'arthrose est causée par un stress mécanique sur les articulations avec une auto-réparation insuffisante du cartilage. Le stress peut être exacerbé par une inflammation de faible intensité des articulations, car les cellules qui tapissent l'articulation tentent d'éliminer les produits de dégradation du cartilage dans l'espace synovial. L'arthrose se développe au fil des décennies à mesure que le stress et l'inflammation provoquent une perte croissante de cartilage articulaire. Finalement, les os peuvent ne pas avoir de cartilage pour les séparer, de sorte que les os se frottent les uns contre les autres au niveau des articulations. Cela endommage les surfaces articulaires des os et contribue à la douleur et aux autres symptômes de l'arthrose. En raison de la douleur, les mouvements peuvent être réduits, entraînant également une perte de muscle.

Diagnostiquer l'arthrose

Le diagnostic de l'arthrose est généralement posé sur la base des signes et des symptômes. Les signes comprennent des déformations articulaires, telles que des nodules osseux sur les articulations des doigts ou des oignons sur les pieds (Figure (PageIndex{6})). Les symptômes comprennent des douleurs articulaires et une raideur. La douleur est généralement décrite comme une douleur aiguë ou une sensation de brûlure, qui peut être dans les muscles et les tendons autour des articulations touchées, ainsi que dans les articulations elles-mêmes. La douleur est généralement aggravée par une activité prolongée et s'améliore généralement avec le repos. La raideur est plus fréquente lorsqu'elle survient le matin, et elle s'améliore généralement rapidement au fur et à mesure que les activités quotidiennes sont entreprises.

Des radiographies ou d'autres tests sont parfois utilisés pour étayer le diagnostic d'arthrose ou pour écarter d'autres troubles. Des tests sanguins peuvent être effectués, par exemple, pour rechercher des facteurs indiquant la polyarthrite rhumatoïde (PR), une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque les articulations du corps. Si ces facteurs ne sont pas présents dans le sang, alors la PR est peu probable et un diagnostic d'arthrose est plus susceptible d'être correct.

Facteurs de risque d'arthrose

L'âge est le principal facteur de risque d'arthrose. À 65 ans, jusqu'à 80 pour cent de toutes les personnes présentent des signes d'arthrose. Cependant, les gens sont plus susceptibles de développer de l'arthrose, en particulier à un plus jeune âge, s'ils ont subi une blessure articulaire. Un joueur de football du secondaire peut avoir une grave blessure au genou qui endommage l'articulation, entraînant une arthrose du genou à la trentaine. Si les personnes ont des articulations mal alignées en raison de malformations ou de maladies congénitales, elles sont également plus susceptibles de développer une arthrose. L'excès de poids corporel est un autre facteur qui augmente le risque d'arthrose, en raison du stress supplémentaire qu'il exerce sur les articulations portantes.

Les chercheurs ont découvert que les personnes ayant des antécédents familiaux d'arthrose ont un risque accru de développer la maladie, ce qui suggère que des facteurs génétiques sont également impliqués dans l'arthrose. Il est probable que de nombreux gènes différents soient nécessaires à la réparation normale du cartilage et du cartilage. Si de tels gènes sont défectueux et que le cartilage est anormal ou n'est pas normalement réparé, l'arthrose est plus susceptible d'en résulter.

Traitement et prévention de l'arthrose

L'arthrose ne peut pas être guérie, mais les symptômes - en particulier la douleur - peuvent souvent être traités avec succès pour maintenir une bonne qualité de vie pour les personnes atteintes d'arthrose. Les traitements comprennent l'exercice, les efforts pour réduire le stress sur les articulations, les analgésiques et la chirurgie.

Déstresser les articulations

Les efforts visant à réduire le stress sur les articulations comprennent le repos et l'utilisation d'appareils de mobilité tels que des cannes, qui réduisent le poids placé sur les articulations portantes et améliorent également la stabilité. Chez les personnes en surpoids, la perte de poids peut également réduire le stress articulaire.

Exercer

L'exercice aide à maintenir la mobilité des articulations et augmente également la force musculaire. Des muscles plus forts peuvent aider à garder les os des articulations correctement alignés, ce qui peut réduire le stress articulaire. Les bons exercices pour l'arthrose comprennent la natation, l'aquagym (voir la figure (PageIndex{7})) et le vélo. Ces activités sont recommandées pour l'arthrose car elles mettent relativement peu de stress sur les articulations.

Médicaments contre la douleur

Le premier type d'analgésique susceptible d'être prescrit pour l'arthrose est l'acétaminophène (par exemple, le Tylenol). Lorsqu'il est pris tel que prescrit, il présente un risque relativement faible d'effets secondaires graves. Si ce médicament est insuffisant pour soulager la douleur, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, comme l'ibuprofène) peuvent être prescrits. Les AINS, cependant, sont plus susceptibles de provoquer des effets secondaires graves, tels que des saignements gastro-intestinaux, une pression artérielle élevée et un risque accru d'accident vasculaire cérébral. Les opioïdes sont généralement réservés aux patients qui ont subi des effets secondaires graves ou pour lesquels d'autres médicaments n'ont pas réussi à soulager la douleur. En raison du risque de dépendance, l'utilisation à court terme d'opioïdes est généralement recommandée.

Opération

La chirurgie de remplacement articulaire est le traitement le plus courant de l'arthrose grave du genou ou de la hanche. En fait, les chirurgies de remplacement du genou et de la hanche sont parmi les plus courantes de toutes les chirurgies. Bien qu'ils nécessitent une longue période de guérison et de rééducation physique, les résultats en valent généralement la peine. Les « pièces » de remplacement sont généralement indolores et entièrement fonctionnelles pendant au moins deux décennies. La qualité, la durabilité et la personnalisation des articulations artificielles s'améliorent constamment.

Caractéristique : Mythe contre réalité

Environ un Américain sur deux développera de l'arthrose au cours de sa vie. Plus vous en savez sur cette maladie, plus vous pouvez faire pour l'éviter ou ralentir sa progression. Cela signifie connaître les faits, plutôt que croire aux mythes sur l'arthrose.

Mythe: Faire craquer mes jointures provoquera de l'arthrose.

Réalité: Le fait de craquer les articulations peut entraîner une inflammation de vos tendons, mais cela ne provoquera pas d'arthrose.

Mythe: Mon alimentation n'a aucun effet sur mes articulations.

Réalité: Quoi et combien vous mangez Est-ce que affecter votre poids corporel, et chaque livre que vous gagnez se traduit par quatre livres supplémentaires (ou plus !) de stress sur vos genoux. Le surpoids augmente donc les chances de développer de l'arthrose - et aussi la vitesse à laquelle elle progresse.

Mythe: L'exercice provoque l'arthrose ou l'aggrave, je devrais donc l'éviter.

Réalité: C'est l'un des plus grands mythes sur l'arthrose. L'exercice à faible impact peut en fait réduire la douleur et améliorer d'autres symptômes de l'arthrose. Si vous n'avez pas d'arthrose, l'exercice peut réduire votre risque d'en développer. Les exercices à faible impact aident à garder les muscles autour des articulations forts et flexibles, afin qu'ils puissent aider à stabiliser et à protéger les articulations.

Mythe: Si ma mère ou mon père souffre d'arthrose, je la développerai également.

Réalité: Il est vrai que vous êtes plus susceptible de développer de l'arthrose si un parent en souffre, mais ce n'est pas une chose sûre. Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour réduire votre risque, comme faire de l'exercice régulièrement et maintenir un poids santé.

Mythe: Le mauvais temps provoque l'arthrose.

Réalité: Les conditions météorologiques ne causent pas l'arthrose, bien que, chez certaines personnes déjà atteintes d'arthrose, le mauvais temps semble aggraver les symptômes. C'est principalement la basse pression barométrique qui augmente la douleur arthrosique, probablement parce qu'elle entraîne une plus grande pression à l'intérieur des articulations par rapport à la pression de l'air extérieur. Certaines personnes pensent que leur douleur arthrosique est pire par temps froid, mais des études systématiques n'ont pas trouvé de preuves convaincantes à cet égard.

Mythe: Les douleurs articulaires sont inévitables à mesure que vous vieillissez, il n'est donc pas nécessaire de consulter un médecin pour cela.

Réalité: De nombreuses personnes souffrant d'arthrose pensent qu'il n'y a rien à faire pour soulager la douleur de l'arthrose, ou que la chirurgie est la seule option de traitement. En réalité, les symptômes de l'arthrose peuvent souvent être améliorés grâce à une combinaison d'exercices, de perte de poids, de techniques de gestion de la douleur et d'analgésiques. Si la douleur arthrosique interfère avec la vie quotidienne et dure plus de quelques jours, vous devriez consulter votre médecin.

Mythe: L'arthrose est inévitable chez les personnes âgées.

Réalité: Bien que de nombreuses personnes de plus de 65 ans développent de l'arthrose, de nombreuses personnes ne la développent jamais, quel que soit leur âge. Vous pouvez réduire votre risque de développer de l'arthrose plus tard dans la vie en protégeant vos articulations tout au long de la vie.

Revoir

1. Nommez les deux troubles les plus courants du système squelettique.

2. Qu'est-ce que l'ostéoporose ? Quelles sont les causes?

3. Comment diagnostique-t-on l'ostéoporose?

4. Pourquoi l'ostéoporose est-elle dangereuse ?

5. Identifier les facteurs de risque d'ostéoporose.

6. Comment l'ostéoporose est-elle traitée ? Que peut-on faire pour l'empêcher?

7. Qu'est-ce que l'OA ? Quels sont ses principaux symptômes ?

8. Quelles sont les causes de l'arthrose ?

9. Décrivez comment l'arthrose est diagnostiquée.

10. Identifier les facteurs de risque d'arthrose.

11. Comment l'arthrose est-elle traitée ?

12. Pourquoi est-il important de développer une masse osseuse suffisante au cours de votre jeune âge adulte ?

13. Expliquez la différence de cause entre la polyarthrite rhumatoïde et l'arthrose.

14. Vrai ou faux: L'arthrose est causée par l'activité physique, donc les personnes qui sont tout aussi actives y sont également sensibles.

15. Vrai ou faux: L'œstrogène favorise généralement la production de nouvel os.

Explore plus

L'arthrose broie des millions d'articulations. De nombreuses personnes trouvent un soulagement de la douleur et de l'invalidité à la hanche ou au genou en remplaçant une ou plusieurs articulations par des articulations artificielles en métal et en plastique. Aux États-Unis seulement, plus d'un million d'arthroplasties du genou et de la hanche sont pratiquées chaque année. Cependant, le meilleur remède pour les articulations usées et douloureuses est le remplacement par du vrai tissu biologique provenant d'un donneur de tissu plutôt que le remplacement par des articulations artificielles. Malheureusement, l'utilisation de tissus de donneurs humains pour réparer les articulations est très coûteuse. Il y a aussi une grave pénurie de tissus de donneurs. Le chirurgien orthopédiste et chercheur Kevin Stone développe un traitement qui pourrait éviter ces inconvénients des greffes de tissus humains en utilisant des tissus animaux spécialement développés. Regardez sa conférence TED pour en savoir plus :

Regardez cette vidéo pour en savoir plus sur le nanisme primordial ici :


Maladies du système squelettique - Bibliographies de biologie - à la Harvard

Votre bibliographie : 4.bp.blogspot.com. 2015. [en ligne] Disponible sur : <http://4.bp.blogspot.com/-I6YY_T5OHQo/TpaCa3oYfXI/AAAAAAAAAB4/gq-KBNQ3UfY/s1600/F1.large.jpg> [Consulté le 12 mai 2015].

Guide de test de laboratoire d'arthrite

Dans le texte : (Guide de test de laboratoire d'arthrite, 2015)

Votre bibliographie : Arthrite.org. 2015. Guide de test de laboratoire d'arthrite. [en ligne] Disponible sur : <http://www.arthritis.org/living-with-arthritis/tools-resources/lab-test-guide.php> [Consulté le 11 mai 2015].

Clinique de l'arthrite et de la douleur Consultante Rhumatologue

Dans le texte : (Rhumatologue consultant à la clinique de l'arthrite et de la douleur, 2015)

Votre bibliographie : Arthritisandpainclinic.com. 2015. Clinique de l'arthrite et de la douleur Consultante Rhumatologue. [en ligne] Disponible sur : <http://www.arthritisandpainclinic.com/blood-tests.html> [Consulté le 12 mai 2015].

Maladie osseuse de Paget | Recherche sur l'arthrite au Royaume-Uni

Dans le texte : (Maladie osseuse de Paget | Arthritis Research UK, 2015)

Votre bibliographie : Arthritisresearchuk.org. 2015. maladie osseuse de Paget | Recherche sur l'arthrite au Royaume-Uni. [en ligne] Disponible sur : <http://www.arthritisresearchuk.org/arthritis-information/conditions/pagets.aspx> [Consulté le 12 mai 2015].

Étude génétique des familles touchées par la maladie osseuse de Paget - Affichage du texte intégral - ClinicalTrials.gov

Dans le texte : (Étude génétique des familles touchées par la maladie osseuse de Paget - Affichage du texte intégral - ClinicalTrials.gov, 2015)

Votre bibliographie : Clinicaltrials.gov. 2015. Étude génétique des familles touchées par la maladie osseuse de Paget - Affichage du texte intégral - ClinicalTrials.gov. [en ligne] Disponible sur : <https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT00747994> [Consulté le 12 mai 2015].

Dans le texte : (2015)

Votre bibliographie : Depts.washington.edu. 2015. [en ligne] Disponible sur : <https://depts.washington.edu/bonebio/ASBMRed/diseases/Pagets/legs.jpg> [consulté le 12 mai 2015].

Gaillard, F.

Maladie osseuse de Paget | Article de référence en radiologie | Radiopaedia.org

Dans le texte : (Gaillard, 2015)

Votre bibliographie : Gaillard, F., 2015. maladie osseuse de Paget | Article de référence en radiologie | Radiopaedia.org. [en ligne] Radiopaedia.org. Disponible sur : <http://radiopaedia.org/articles/paget-disease-of-bone-2> [consulté le 12 mai 2015].

Test de niveau de phosphatase alcaline (ALP)

Dans le texte : (Test de niveau de phosphatase alcaline (ALP), 2015)

Votre bibliographie : Ligne de santé. 2015. Test de niveau de phosphatase alcaline (ALP). [en ligne] Disponible sur : <http://www.healthline.com/health/alp#Uses3> [Consulté le 12 mai 2015].

Dans le texte : (2015)

Votre bibliographie : Healthline.com. 2015. [en ligne] Disponible sur : <http://www.healthline.com/hlcmsresource/images/slideshow/rheumatoid-arthritis-symptoms-women/285x285_Rheumatoid_Arthritis_Symptoms_In_Women_Deformity_7a.jpg> [Consulté le 12 mai 2015].

Troubles et affections du système squelettique

Dans le texte : (Troubles et affections du système squelettique, 2015)

Votre bibliographie : Ivyroses.com. 2015. Troubles et affections du système squelettique. [en ligne] Disponible sur : <http://www.ivyroses.com/HumanBody/Skeletal/Skeletal_Disorders.php> [Consulté le 11 mai 2015].

Jason C. Eck, M.

Dysfonctionnement de l'articulation sacro-iliaque : symptômes et douleurs articulaires SI

Dans le texte : (Jason C. Eck, 2015)

Votre bibliographie : Jason C. Eck, M., 2015. Dysfonctionnement de l'articulation sacro-iliaque : symptômes et douleurs articulaires SI. [en ligne] MedicineNet. Disponible sur : <http://www.medicinenet.com/sacroiliac_joint_pain/article.htm#what_are_the_sacroiliac_si_joints> [Consulté le 11 mai 2015].

Taux de sédation (taux de sédimentation des érythrocytes) - Mayo Clinic

Dans le texte : (Taux de sédation (taux de sédimentation des érythrocytes) - Clinique Mayo, 2015)

Votre bibliographie : Mayoclinic.org. 2015. Taux de sédation (taux de sédimentation des érythrocytes) - Mayo Clinic. [en ligne] Disponible sur : <http://www.mayoclinic.org/tests-procedures/sed-rate/basics/definition/prc-20013502> [Consulté le 12 mai 2015].

CCP - Clinique : Anticorps Peptidiques Cycliques Citrullinés, IgG, Sérum

Dans le texte : (CCP - Clinique : Anticorps peptidiques citrullinés cycliques, IgG, sérum, 2015)

Votre bibliographie : Mayomedicallaboratories.com. 2015. CCP - Clinique : Anticorps Peptidiques Citrullinés Cycliques, IgG, Sérum. [en ligne] Disponible sur : <http://www.mayomedicallaboratories.com/test-catalog/Clinical+and+Interpretive/84182> [Consulté le 12 mai 2015].

Conditions de la colonne vertébrale inférieure | dysfonctionnement de l'articulation sacro-iliaque | Houston Methodist Orthopedics & Sports Medicine dans la région du Grand Houston, TX

Dans le texte : (Conditions de la colonne vertébrale inférieure | Dysfonctionnement de l'articulation sacro-iliaque | Orthopédie méthodiste de Houston et médecine du sport dans la région métropolitaine de Houston, Texas, 2015)

Votre bibliographie : Methodistorthopedics.com. 2015. Conditions de la colonne vertébrale inférieure | dysfonctionnement de l'articulation sacro-iliaque | Houston Methodist Orthopedics & Sports Medicine dans la région du Grand Houston, TX. [en ligne] Disponible sur : <http://www.methodistorthopedics.com/sacroiliac-joint-dysfunction> [Consulté le 11 mai 2015].

Registre ATTRA : Spondylarthrite ankylosante (SA)

Dans le texte : (UM, 2015)

Votre bibliographie : MU, I., 2015. Registre ATTRA : Spondylarthrite ankylosante (SA). [en ligne] Attra.registry.cz. Disponible sur : <http://attra.registry.cz/index-en.php?pg=diagnoses--ankylosing-spondylitis> [Consulté le 11 mai 2015].

NASS | Société nationale de la spondylarthrite ankylosante | La voie AS | Obtenir mon diagnostic

Dans le texte : (NASS | National Ankylosing Spondylitis Society | The AS Pathway | Obtenir mon diagnostic, 2015)

Votre bibliographie : Nass.co.uk. 2015. NASS | Société nationale de la spondylarthrite ankylosante | La voie AS | Obtenir mon diagnostic. [en ligne] Disponible sur : <http://nass.co.uk/about-as/getting-my-diagnosis/the-as-pathway/> [Consulté le 11 mai 2015].

Dans le texte : (2015)

Votre bibliographie : Nei.nih.gov. 2015. [en ligne] Disponible sur : <https://www.nei.nih.gov/sites/default/files/health-images/EyeDiagramUveitis.jpg> [Consulté le 11 mai 2015].

Faits sur l'uvéite | Institut national de l'œil

Dans le texte : (Faits sur l'uvéite | National Eye Institute, 2015)

Votre bibliographie : Nei.nih.gov. 2015. faits sur l'uvéite | Institut national de l'œil. [en ligne] Disponible sur : <https://www.nei.nih.gov/health/uveitis/uveitis> [Consulté le 11 mai 2015].

Uvéite - NHS Choices

Dans le texte : (Uvéite - NHS Choices, 2015)

Votre bibliographie : Nhs.uk. 2015. Uvéite - NHS Choices. [en ligne] Disponible sur : <http://www.nhs.uk/Conditions/Uveitis/Pages/Introduction.aspx> [Consulté le 11 mai 2015].

Uvéite - Symptômes - NHS Choices

Dans le texte : (Uvéite - Symptômes - Choix du NHS, 2015)

Votre bibliographie : Nhs.uk. 2015. Uvéite - Symptômes - NHS Choices. [en ligne] Disponible sur : <http://www.nhs.uk/conditions/uveitis/Pages/Symptoms-old.aspx> [Consulté le 11 mai 2015].

NRAS - Société nationale de la polyarthrite rhumatoïde

Dans le texte : (NRAS - Société nationale de la polyarthrite rhumatoïde, 2015)

Votre bibliographie : Nras.org.uk. 2015. NRAS - Société nationale de la polyarthrite rhumatoïde. [en ligne] Disponible sur : <http://www.nras.org.uk/what-is-ra-article#What%20is RA?> [Consulté le 12 mai 2015].

Maladie de Paget 1 : Epidémiologie, causes et caractéristiques cliniques

Dans le texte : (Maladie de Paget 1 : épidémiologie, causes et caractéristiques cliniques, 2009)

Votre bibliographie : Nursingtimes.net. 2009. Maladie de Paget 1 : Epidémiologie, causes et caractéristiques cliniques. [en ligne] Disponible sur : <http://www.nursingtimes.net/nursing-practice/clinical-zones/rheumatology/pagets-disease-1-epidemiology-causes-and-clinical-features/1992719.article> [Consulté le 12 mai 2015 ].

L'utilisation d'anticorps anticycliques peptidiques citrullinés (anti-CCP) dans la PR | Collège américain de rhumatologie | ACR

Dans le texte : (L'utilisation d'anticorps anti-cycliques peptidiques citrullinés (anti-CCP) dans la PR | American College of Rheumatology | ACR, 2015)

Votre bibliographie : Rhumatologie.org. 2015. L'utilisation d'anticorps anticycliques peptidiques citrullinés (anti-CCP) dans la PR | Collège américain de rhumatologie | ACR. [en ligne] Disponible sur : <https://www.rheumatology.org/publications/hotline/1003anticcp.asp> [Consulté le 12 mai 2015].

Symptômes et causes de la douleur au bas du dos

Dans le texte : (Symptômes et causes de la douleur au bas du dos, 2015)

Votre bibliographie : Colonne vertébrale-santé. 2015. Symptômes et causes de la douleur au bas du dos. [en ligne] Disponible sur : <http://www.spine-health.com/conditions/lower-back-pain/lower-back-pain-symptoms-and-causes> [Consulté le 11 mai 2015].

Diagnostic de la spondylarthrite ankylosante

Dans le texte : (Diagnostic de spondylarthrite ankylosante, 2015)

Votre bibliographie : Spondylitis.org. 2015. Diagnostic de la spondylarthrite ankylosante. [en ligne] Disponible sur : <http://www.spondylitis.org/about/as_diag.aspx> [Consulté le 12 mai 2015].

Uddin, R.

Liste des maladies du système squelettique | LIVESTRONG.COM

Dans le texte : (Uddin, 2011)

Votre bibliographie : Uddin, R., 2011. Liste des maladies du système squelettique | LIVESTRONG.COM. [en ligne] LIVESTRONG.COM. Disponible sur : <http://www.livestrong.com/article/65887-list-skeletal-system-diseases/> [Consulté le 11 mai 2015].

Raideur articulaire et polyarthrite rhumatoïde : causes et soulagement de la douleur des articulations raides

Dans le texte : (Raideur articulaire et PR : causes et soulagement de la douleur des articulations raides, 2015)


5.7 : Troubles du système squelettique - Biologie

La bursite est une affection dans laquelle la bourse s'enflamme en raison d'une blessure, d'un exercice, d'une infection bactérienne ou du dépôt de cristaux dans la bourse. Les bourses sont de petits sacs de liquide synovial situés dans les articulations synoviales du corps. Normalement, ils créent un coussin et réduisent la friction entre les tendons et les os. La bursite se caractérise par une douleur lorsque l'articulation est déplacée ou lorsqu'elle est allongée au lit. Le traitement dépend de la cause de l'inflammation. Il peut s'agir d'antibiotiques, d'une aspiration de la bourse enflammée ou de l'injection d'anti-inflammatoires.

Arthrite

L'arthrite est l'une des affections les plus courantes chez les personnes âgées. Il s'agit d'un terme général faisant référence à divers types d'inflammation ou de changements dégénératifs qui se produisent dans les articulations.

Arthrose est la forme la plus courante d'arthrite, mais les causes spécifiques de l'arthrose ne sont pas bien comprises. L'arthrose est une inflammation chronique qui provoque la dégénérescence progressive des cartilages articulaires recouvrant les extrémités des os de l'articulation touchée. L'arthrose se caractérise par des douleurs articulaires. Cela est dû aux éperons osseux qui se forment sur les extrémités exposées de l'os après la dégradation du cartilage articulaire.

La polyarthrite rhumatoïde est un trouble auto-immun qui n'est pas strictement une maladie des personnes âgées. Elle peut débuter à tout âge, mais la polyarthrite rhumatoïde est progressive et devient plus invalidante avec l'âge. La polyarthrite rhumatoïde commence par l'inflammation de la membrane synoviale provoquant une douleur. Une inflammation prolongée provoque la formation d'un tissu cicatriciel qui détruit le cartilage articulaire de l'articulation et l'os en dessous. La polyarthrite rhumatoïde peut devenir si grave qu'une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour réparer les articulations touchées et, dans certains cas, l'os malade de l'articulation est retiré et remplacé par une prothèse.

Arthrite goutteuse est une maladie héréditaire affectant le plus souvent les hommes entre 40 et 55 ans. L'arthrite goutteuse est causée par des niveaux excessifs d'acide urique dans le sang. L'acide urique s'est alors cristallisé dans les articulations du corps. Les cristaux commencent souvent dans le gros orteil, mais peuvent également affecter d'autres articulations. Au fur et à mesure que les cristaux s'accumulent dans l'articulation synoviale, ils provoquent une douleur et un gonflement. Les attaques disparaissent souvent après quelques jours, mais réapparaissent souvent de manière chronique toutes les quelques semaines ou quelques mois. Cette maladie chronique peut éventuellement éroder le cartilage et l'os de l'articulation touchée. Il est conseillé aux personnes souffrant de cette maladie de réduire leur consommation de protéines et d'augmenter leur consommation de glucides.

Ostéoporose

L'ostéoporose est une maladie qui touche de nombreuses personnes âgées, en particulier les femmes ménopausées. La maladie est due à l'augmentation progressive de la résorption osseuse alors que le taux de formation d'os nouveau reste normal. Les signes externes de la maladie comprennent une diminution de la hauteur et de la courbure de la colonne vertébrale.


Les fonctions du système squelettique

OS , ou tissu osseux , est un tissu conjonctif dur et dense qui forme la majeure partie du squelette adulte, la structure de soutien du corps. Dans les zones du squelette où les os bougent (par exemple, la cage thoracique et les articulations), cartilage , une forme semi-rigide de tissu conjonctif, offre une flexibilité et des surfaces lisses pour le mouvement. Les système squelettique est le système corporel composé d'os et de cartilage et remplit les fonctions essentielles suivantes pour le corps humain :

  • soutient le corps
  • facilite le mouvement
  • protège les organes internes
  • produit des cellules sanguines
  • stocke et libère les minéraux et les graisses

Soutien, mouvement et protection

Les fonctions les plus apparentes du système squelettique sont les fonctions grossières, celles visibles par l'observation. En regardant simplement une personne, vous pouvez voir comment les os soutiennent, facilitent les mouvements et protègent le corps humain.

Tout comme les poutres d'acier d'un bâtiment fournissent un échafaudage pour supporter son poids, les os et le cartilage de votre système squelettique composent l'échafaudage qui soutient le reste de votre corps. Sans le système squelettique, vous seriez une masse molle d'organes, de muscles et de peau.

Les os facilitent également le mouvement en servant de points d'attache pour vos muscles. Alors que certains os ne servent que de support aux muscles, d'autres transmettent également les forces produites lorsque vos muscles se contractent. D'un point de vue mécanique, les os agissent comme des leviers et les articulations servent de points d'appui (figure 5.2). À moins qu'un muscle ne recouvre une articulation et se contracte, un os ne bougera pas. Pour plus d'informations sur l'interaction des systèmes squelettique et musculaire, c'est-à-dire le système musculo-squelettique, recherchez du contenu supplémentaire.

Les os protègent également les organes internes des blessures en les recouvrant ou en les entourant. Par exemple, vos côtes protègent vos poumons et votre cœur, les os de votre colonne vertébrale (colonne vertébrale) protègent votre moelle épinière et les os de votre crâne (crâne) protègent votre cerveau (figure 5.3).

Stockage de minéraux, stockage d'énergie et hématopoïèse

Au niveau métabolique, le tissu osseux remplit plusieurs fonctions essentielles. D'une part, la matrice osseuse agit comme un réservoir pour un certain nombre de minéraux importants pour le fonctionnement du corps, en particulier le calcium et le potassium. Ces minéraux, incorporés dans le tissu osseux, peuvent être libérés dans la circulation sanguine pour maintenir les niveaux nécessaires au soutien des processus physiologiques. Les ions calcium, par exemple, sont essentiels pour les contractions musculaires et le contrôle du flux d'autres ions impliqués dans la transmission de l'influx nerveux.

L'os sert également de site pour le stockage des graisses et la production de cellules sanguines. Le tissu conjonctif plus mou qui remplit l'intérieur de la plupart des os est appelé moelle osseuse (Figure 5.5). Il existe deux types de moelle osseuse : la moelle jaune et la moelle rouge. moelle jaune contient du tissu adipeux les triglycérides stockés dans les adipocytes du tissu peuvent servir de source d'énergie. moelle rouge est ou hématopoïèse —la production de cellules sanguines—a lieu. Les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes sont tous produits dans la moelle rouge.


Identification d'Ortner des conditions pathologiques dans les restes squelettiques humains

Identification d'Ortner des conditions pathologiques dans les restes squelettiques humains, troisième édition, fournit un traitement intégré et complet des conditions pathologiques qui affectent le squelette humain. Comme les restes squelettiques anciens peuvent révéler un trésor d'informations à l'orthopédiste, au pathologiste, à l'anthropologue médico-légal et au radiologue modernes, ce livre présente une ressource opportune. Beautifully illustrated with over 1,100 photographs and drawings, it provides an essential text and material on bone pathology, thus helping improve the diagnostic ability of those interested in human dry bone pathology.

Ortner's Identification of Pathological Conditions in Human Skeletal Remains, Third Edition, provides an integrated and comprehensive treatment of the pathological conditions that affect the human skeleton. As ancient skeletal remains can reveal a treasure trove of information to the modern orthopedist, pathologist, forensic anthropologist, and radiologist, this book presents a timely resource. Beautifully illustrated with over 1,100 photographs and drawings, it provides an essential text and material on bone pathology, thus helping improve the diagnostic ability of those interested in human dry bone pathology.


A List of Human Bone Diseases

The human skeleton consists of many fused and individual bones. It serves as the framework, which anchors muscles, and protects organs such as the brain, heart and lungs. The biggest bone in the body is the femur in the thigh and the smallest is the stapes bone in the middle ear. In an adult, the skeleton comprises around 30 to 40% of the total body weight one-half of which is water.

When you are young, your body adds bone faster than it is removed, after the mid 20s in most people you begin loosing bone faster than your body makes it unless you take measures to prevent this. A good diet, exercise and an intake of calcium and vitamin d will help to keep your bones healthy

Diseases of Bones

Many diseases can affect the bones there are various reasons for the cause of disease. Osteoporosis can make your bones weak and more likely to break, Osteogenesis imperfecta makes bones brittle, Paget’s disease makes bones grow larger and weaker and of course, there is bone cancer and bone infections.

Ostéoporose

Osteoporosis makes your bones weak and more likely to break. Any person can develop osteoporosis, but it is most common in older women. It is calculated that as many as one-half of all women, and one quarter of men older than 50 will break a bone due to osteoporosis. Risk factors include age, small size, having a family history of osteoporosis, certain medications and being a Caucasian or Asian female.

Postmenstrual Osteoporosis is another variation of the disease. It is the most common form of the disease. Humans have cells that remove old bone and other cells that rebuild new bone. This is an ongoing process and is part of what keeps your bones strong. When you have postmenopausal osteoporosis, bone-removing cells cause you to lose bone at a rate that is too fast. The 5-7 years after menopause the bone loss can be up to 20%.

Osteogenesis imperfecta

Osteogenesis imperfecta is a genetic disease that makes bones break easily. Sometimes the bones break for no known reason. Osteogenesis imperfecta can also cause weak muscles, brittle teeth or a curved spine. The cause is a gene defect that affects how your body makes collagen, a protein that helps make bones strong. Usually it is inherited from a parent. Occasionally, it is due to a mutation.

Osteogenesis symptoms can vary from person to person and range from mild to severe. A person might have as many as several hundred fractures like comminuted fractures in a lifetime.

Paget’s disease

Paget’s disease causes your bones to grow larger and weaker than normal. Bones may break easily and it can lead to arthritis and hearing loss. Paget’s disease is most common in the spine, pelvis, skull and legs. The disease might affect one or several bones, but not the entire skeleton. It is most common in older men. It is unknown why this disease starts, but is presumed to be a virus and may be inherited. The symptoms might include, pain, enlarged bones, broken bones and damaged cartilage or joints. Surgery is an option for treatment, but the best preventative solution is a good diet and exercise.

Bone Cancer

Bone cancer is rare and usually it starts in other parts of the body and migrates to the bones. The three most common types are:

*Osteosarcoma, which develops in growing bones, usually between ages 10 and 25, it is the most common type of bone cancer and is one of the few that starts in the bones. It can metastasize to other parts of the body including the lungs. It commonly starts from the osteoblasts that are the cells that make bones grow. This is why it is common in teens going through growth spurts.

*Ewing’s sarcoma is a cancer that begins in the nerve tissue in bone marrow of young people. It commonly begins during puberty and is uncommon in African-American, African, and Chinese children. The tumor may arise any ware but is most common in the long bones of the arms and legs. The symptoms are few but include pain and possibly swelling. Treatment can include Chemotherapy, radiation therapy and or surgery.

*Chondrosarcoma which typically starts in the cartilage of the femur, arm, pelvis, knee or spine is usually found in older people over age 50. It is the second most common type of bone cancer. Symptoms include swelling, a large lump or mass and severe pain. Treatments include surgery, chemotherapy and radiation therapy.

The best defense against bone disease is to eat a healthy diet with the proper amounts of calcium and get plenty of exercise. The genetic portion of the issue is always under study and much progress is being made in this area.


Evaluation and Treatment of Skeletal Diseases

This study has four objectives: 1) to provide investigators the opportunity to study bone specimens from patients with various skeletal diseases 2) to treat patients with skeletal diseases at the NIH 3) to expose NIH trainees to certain skeletal diseases and 4) to gain more knowledge about skeletal diseases and stimulate further study of bone biology.

Anyone with a disease that affects the skeleton may be eligible for this study.

All evaluations, tests, procedures and treatments given study participants are used in the standard care of skeletal diseases. No experimental evaluations or treatments are offered. Patient evaluations include a medical history, review of medical records and routine physical examination. Based on the findings, other procedures may be recommended, including blood tests, urine tests, and imaging tests, such as X-rays, bone densitometry, bone scan, computed tomography (CT) and magnetic resonance imaging (MRI).

Bone specimens from participants will be collected for research use. Specimens will be obtained from bone removed during a patient s planned surgical procedure performed for medical care, or patients may be requested to have a bone biopsy removal of a small piece of bone tissue as part of the patient evaluation procedure.

Human diseases are commonly manifested in the skeletal system. The skeleton may be the primary or secondary target of the disease and the disease may be congenital or acquired. While understanding of the molecular and cellular biology of bone and mineral disorders has increased in the last several years, much remains to be understood about the underlying biology of the skeleton. The gaps in the understanding of skeletal biology are evident in the paucity of tissue-specific therapies for skeletal diseases.

Within this study, we plan to obtain tissue and clinical specimens from outside institutions as well as to evaluate subjects with bone and mineral disorders at the NIH Clinical Center. Subjects will undergo clinically indicated testing and possibly receive treatment, which will be limited to therapies based on the best professional judgment of the investigators and treatment with medications commercially available under FDA law.

The objectives of this protocol are to:

  1. allow for the receipt of tissues and clinical specimens from investigators outside and inside the NIH
  2. provide a protocol within which subjects with common and rare disorders of bone and mineral metabolism can be studied, evaluated and treated at NIH
  3. provide a protocol under which trainees can evaluate subjects with bone and mineral disorders
  4. provide a pool of subjects with bone and mineral disorders, from which research questions will arise and from which future research studies will be generated.

The study population will include subjects:

  • with a known or suspected bone disease and/or with a known or suspected disorder of mineral metabolism
  • Subjects who meet eligibility criteria will be accepted regardless of gender, race, or ethnicity.

This protocol is a training, evaluation and treatment protocol.

  1. To successfully enroll, evaluate, and manage subjects with common and rare bone and mineral metabolism disorders. The purposes for doing this are: a) educating trainees and investigators and b) providing a mechanism by which subjects with diseases of uncertain or unknown diagnoses can be evaluated.
  2. To collect or receive research and clinical specimens of common and rare bone and mineral metabolism disorders from subjects seen at outside medical facilities as well as those seen at the NIH. Specimens will be collected for research purposes.
  3. Analysis of research and subject outcome data collected from the subjects enrolled in this study will generate future research studies related to common and rare bone and mineral metabolism disorders.

Tableau de mise en page pour les informations sur l'étude
Type d'étude : Observation
Estimated Enrollment : 1000 participants
Observational Model: Case-Only
Time Perspective: Éventuel
Titre officiel: Evaluation and Treatment of Bone and Mineral Disorders
Actual Study Start Date : November 19, 2001

Liens de ressources fournis par la Bibliothèque nationale de médecine

Grants & Funding: The NIAMS Extramural Program

The NIAMS Extramural Program (EP) plans, develops, awards, and manages basic, translational, and clinical scientific research studies and training throughout the United States and abroad within the scientific mission of NIAMS through a wide array of grants, contracts, and cooperative agreements to universities, hospitals, medical schools, small businesses and other organizations. The goal is to facilitate the most promising discoveries and emerging technologies for rapid translation to clinical applications for improving public health. These programs are administered through the NIAMS Division of Extramural Research (DER). In the current fiscal year we expended about 85% of our budget on extramural research, by providing $500 million in funding for 1,400 extramural grants and cooperative agreements.

We invite you to explore this site to learn about our supported scientific programs and to find resources to help identify funding opportunities and manage grant awards.


Le large éventail de mouvements permis par les articulations synoviales produit différents types de mouvements. The movement of synovial joints can be classified as one of four different types: gliding, angular, rotational, or special movement.

Gliding Movement

Gliding movements occur as relatively flat bone surfaces move past each other. Gliding movements produce very little rotation or angular movement of the bones. The joints of the carpal and tarsal bones are examples of joints that produce gliding movements.

Angular Movement

Angular movements are produced when the angle between the bones of a joint changes. There are several different types of angular movements, including flexion, extension, hyperextension, abduction, adduction, and circumduction. Flexion, or bending, occurs when the angle between the bones decreases. Moving the forearm upward at the elbow or moving the wrist to move the hand toward the forearm are examples of flexion. Extension is the opposite of flexion in that the angle between the bones of a joint increases. Straightening a limb after flexion is an example of extension. Extension past the regular anatomical position is referred to as hyperextension. This includes moving the neck back to look upward, or bending the wrist so that the hand moves away from the forearm.

Enlèvement occurs when a bone moves away from the midline of the body. Examples of abduction are moving the arms or legs laterally to lift them straight out to the side. Adduction is the movement of a bone toward the midline of the body. Movement of the limbs inward after abduction is an example of adduction. Circumduction is the movement of a limb in a circular motion, as in moving the arm in a circular motion.

Rotational Movement

Rotational movement is the movement of a bone as it rotates around its longitudinal axis. Rotation can be toward the midline of the body, which is referred to as medial rotation, or away from the midline of the body, which is referred to as lateral rotation. Movement of the head from side to side is an example of rotation.

Special Movements

Some movements that cannot be classified as gliding, angular, or rotational are called special movements. Inversion involves the soles of the feet moving inward, toward the midline of the body. Eversion is the opposite of inversion, movement of the sole of the foot outward, away from the midline of the body. Protraction is the anterior movement of a bone in the horizontal plane. Retraction occurs as a joint moves back into position after protraction. Protraction and retraction can be seen in the movement of the mandible as the jaw is thrust outwards and then back inwards. Elevation is the movement of a bone upward, such as when the shoulders are shrugged, lifting the scapulae. Dépression is the opposite of elevation—movement downward of a bone, such as after the shoulders are shrugged and the scapulae return to their normal position from an elevated position. Dorsiflexion is a bending at the ankle such that the toes are lifted toward the knee. Plantar flexion is a bending at the ankle when the heel is lifted, such as when standing on the toes. Supination is the movement of the radius and ulna bones of the forearm so that the palm faces forward. Pronation is the opposite movement, in which the palm faces backward. Opposition is the movement of the thumb toward the fingers of the same hand, making it possible to grasp and hold objects.

Types d'articulations synoviales

Les articulations synoviales sont en outre classées en six catégories différentes sur la base de la forme et de la structure de l'articulation. The shape of the joint affects the type of movement permitted by the joint (Figure 4). Ces articulations peuvent être décrites comme des articulations planes, à charnière, à pivot, à condyloïde, à selle ou à rotule.

Figure 4. Different types of joints allow different types of movement. Planar, hinge, pivot, condyloid, saddle, and ball-and-socket are all types of synovial joints.

Joints plans

Planar joints have bones with articulating surfaces that are flat or slightly curved faces. These joints allow for gliding movements, and so the joints are sometimes referred to as gliding joints. The range of motion is limited in these joints and does not involve rotation. Planar joints are found in the carpal bones in the hand and the tarsal bones of the foot, as well as between vertebrae (Figure 5).

Figure 5. The joints of the carpal bones in the wrist are examples of planar joints. (credit: modification of work by Brian C. Goss)

Articulations de charnière

Dans hinge joints, the slightly rounded end of one bone fits into the slightly hollow end of the other bone. In this way, one bone moves while the other remains stationary, like the hinge of a door. Le coude est un exemple d'articulation à charnière. The knee is sometimes classified as a modified hinge joint (Figure 6).

Figure 6. The elbow joint, where the radius articulates with the humerus, is an example of a hinge joint. (credit: modification of work by Brian C. Goss)

Articulations pivotantes

Figure 7. The joint in the neck that allows the head to move back and forth is an example of a pivot joint.

Pivot joints consist of the rounded end of one bone fitting into a ring formed by the other bone. Cette structure permet un mouvement de rotation, car l'os arrondi se déplace autour de son propre axe. An example of a pivot joint is the joint of the first and second vertebrae of the neck that allows the head to move back and forth (Figure 7). L'articulation du poignet qui permet à la paume de la main d'être tournée vers le haut et vers le bas est également une articulation pivot.

Articulations condyloïdes

Condyloid joints consist of an oval-shaped end of one bone fitting into a similarly oval-shaped hollow of another bone (Figure 8). Ceci est aussi parfois appelé une articulation ellipsoïdale. Ce type d'articulation permet un mouvement angulaire le long de deux axes, comme on le voit dans les articulations du poignet et des doigts, qui peuvent se déplacer d'un côté à l'autre et de haut en bas.

Figure 8. The metacarpophalangeal joints in the finger are examples of condyloid joints. (crédit : modification du travail par Gray’s Anatomy)

Joints de selle

Saddle joints are so named because the ends of each bone resemble a saddle, with concave and convex portions that fit together. Saddle joints allow angular movements similar to condyloid joints but with a greater range of motion. An example of a saddle joint is the thumb joint, which can move back and forth and up and down, but more freely than the wrist or fingers (Figure 9).

Figure 9. The carpometacarpal joints in the thumb are examples of saddle joints. (credit: modification of work by Brian C. Goss)

Joints à rotule

Ball-and-socket joints possess a rounded, ball-like end of one bone fitting into a cuplike socket of another bone. Cette organisation permet la plus grande amplitude de mouvement, car tous les types de mouvements sont possibles dans toutes les directions. Examples of ball-and-socket joints are the shoulder and hip joints (Figure 10).

Figure 10. The shoulder joint is an example of a ball-and-socket joint.

Lien vers l'apprentissage

Watch this animation showing the six types of synovial joints.

Connexion carrière

Rhumatologue

Les rhumatologues sont des médecins spécialisés dans le diagnostic et le traitement des troubles des articulations, des muscles et des os. Ils diagnostiquent et traitent des maladies telles que l'arthrite, les troubles musculo-squelettiques, l'ostéoporose et les maladies auto-immunes telles que la spondylarthrite ankylosante et la polyarthrite rhumatoïde.

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire qui affecte principalement les articulations synoviales des mains, des pieds et de la colonne cervicale. Les articulations touchées deviennent enflées, raides et douloureuses. Although it is known that RA is an autoimmune disease in which the body’s immune system mistakenly attacks healthy tissue, the cause of RA remains unknown. Immune cells from the blood enter joints and the synovium causing cartilage breakdown, swelling, and inflammation of the joint lining. La rupture du cartilage provoque le frottement des os les uns contre les autres, provoquant des douleurs. RA is more common in women than men and the age of onset is usually 40–50 years of age.

Rheumatologists can diagnose RA on the basis of symptoms such as joint inflammation and pain, X-ray and MRI imaging, and blood tests. Arthrography is a type of medical imaging of joints that uses a contrast agent, such as a dye, that is opaque to X-rays. Cela permet de visualiser les structures des tissus mous des articulations, telles que le cartilage, les tendons et les ligaments. Un arthrogramme diffère d'une radiographie ordinaire en montrant la surface des tissus mous qui tapissent l'articulation en plus des os de l'articulation. Un arthrogramme permet de détecter les modifications dégénératives précoces du cartilage articulaire avant que les os ne soient affectés.

Il n'existe actuellement aucun remède contre la PR, mais les rhumatologues disposent d'un certain nombre d'options de traitement. Early stages can be treated with rest of the affected joints by using a cane or by using joint splints that minimize inflammation. When inflammation has decreased, exercise can be used to strengthen the muscles that surround the joint and to maintain joint flexibility. Si les lésions articulaires sont plus étendues, des médicaments peuvent être utilisés pour soulager la douleur et diminuer l'inflammation. Des médicaments anti-inflammatoires tels que l'aspirine, des analgésiques topiques et des injections de corticostéroïdes peuvent être utilisés. La chirurgie peut être nécessaire dans les cas où les lésions articulaires sont graves.


Effects of Aging on the Musculoskeletal System

From about age 30, the density of bones begins to diminish in men and women. This loss of bone density accelerates in women after menopause. As a result, bones become more fragile and are more likely to break (see Osteoporosis), especially in old age.

As people age, their joints are affected by changes in cartilage and in connective tissue. The cartilage inside a joint becomes thinner, and components of the cartilage (the proteoglycans—substances that help provide the cartilage's resilience) become altered, which may make the joint less resilient and more susceptible to damage. Thus, in some people, the surfaces of the joint do not slide as well over each other as they used to. This process may lead to osteoarthritis. Additionally, joints become stiffer because the connective tissue within ligaments and tendons becomes more rigid and brittle. This change also limits the range of motion of joints.

Loss of muscle (sarcopenia) is a process that starts around age 30 and progresses throughout life. In this process, the amount of muscle tissue and the number and size of muscle fibers gradually decrease. The result of sarcopenia is a gradual loss of muscle mass and muscle strength. This mild loss of muscle strength places increased stress on certain joints (such as the knees) and may predispose a person to arthritis or falling. Fortunately, the loss in muscle mass and strength can partially be overcome or at least significantly delayed by a program of regular exercise.

The types of muscle fibers are affected by aging as well. The numbers of muscle fibers that contract faster decrease much more than the numbers of muscle fibers that contract slower. Thus, muscles are not able to contract as quickly in old age.


Voir la vidéo: Anatomie générale: le tronc (Février 2023).